Le Conseil autorise une dépense de 33 millions pour relier l'autoroute Almanzora à l'A-7

Le Conseil d'administration a approuvé une dépense de 32.980.850 euros pour commencer les travaux sur le tronçon qui reliera définitivement l'autoroute Almanzora (A- 334) avec la route de la Méditerranée (A-7), dans la province d'Almería. Cette autorisation permettra de soumissionner ce mois-ci les travaux, qui viendront s'ajouter aux travaux déjà réalisés depuis un an pour la construction de cette autoroute sur le tronçon El Cucador-La Concepción.

Le tronçon entre le lien La Concepción (AL-7106) et le lien vers l'Autovía del Mediterráneo se compose de 3,6 kilomètres. Des routes à deux voies sont projetées dans chaque direction 3,5 mètres, épaule de 2,5 mètres, épaulement intérieur d'un mètre et bermes de 1,1 mètres. La médiane aura six mètres de large. Deux nouveaux liens seront exécutés, situé au début et à la fin de la section.

Le premier est situé au point kilométrique 3+250 de la nouvelle autoroute, et devrait faciliter l'accès à la nouvelle centrale photovoltaïque et aux quartiers de La Concepción et El Palacés. Le deuxième lien sert de connexion entre la nouvelle A-334 et l'Autovía del Mediterráneo. Aussi, cinq étapes supérieures sont proposées: un viaduc de 45 mètres de long pour sauver le Barranco del Muerto, un viaduc pour remplacer la Vereda de la Cuesta Blanca et trois dans le lien susmentionné avec l'A-7. Également, un passage souterrain est prévu sur la Rambla de la Ballabona.

Cet investissement s'ajoute à 25,6 millions d'œuvres de la section de plus de 3,3 kilomètres de l'autoroute Almanzora entre El Cucador et La Concepción, qui a commencé en septembre 2019 et ils sont à 63% Run.

En totale, la Junta de Andalucía allouera plus de 50 millions dans ce mandat pour donner l'impulsion définitive à une autoroute dont les travaux ont commencé il y a 15 ans et qu'il ne remplit toujours pas sa tâche principale de faciliter une connexion directe avec la côte méditerranéenne qui dorsale le territoire et, tour, contribuer à aider l'économie de la région et le secteur du marbre.