Andalousie normalise la situation de milliers de logements illégaux avec de nouveaux règlements

Le gouvernement régional d'Andalousie a approuvé un décret de régularisation posiblitará de la loi imminente de milliers de maisons dans la communauté autonome, principalement installés dans les centres établis, mais des terrains non aménagés. “Ils ne seront jamais régularisés, mais régulière, mais seront standardisés, avec des services minimum”, avertir de la Ministère du Développement, Infrastructure et planification.

Le nouveau règlement d'adaptation environnementale et territoriale devait être approuvé lors du prochain conseil d'administration mardi pour informer les conseils municipaux et les propriétaires de ce qu'ils doivent faire pour régulariser leurs propriétés s'ils se conforment. “certaines exigences”, comment ne pas être dans une zone protégée, et en appliquant “une série de mesures correctives environnementales”. Le décret-loi, Il faudra patienter encore quelques jours car ce mardi l'aide aux personnes touchées par la goutte froide sera traitée en urgence, abrogera également deux lois (de 2016 et 2018) et décret de 2012 promu par le président de l'époque José Antonio Griñan et qu'il aspirait à la régularisation de certains 20.000 logement.

Le nombre exact n'est pas connu

Combien de propriétés seront désormais concernées par ce nouveau règlement? La planche ne se mouille pas. “Être irrégulier, il n'y a aucune trace d'eux nulle part. Ce sont les municipalités qui savent où elles sont, mais pas la planche”, ajouter les sources du ministère. Le décret-loi n'affectera en aucun cas tous les foyers irréguliers en Andalousie, tels que ceux qui sont dans une zone inondable ou protégés de l'environnement, autrement “surtout aux maisons qui sont dans les urbanisations, dans les colonies”, Caisses de construction Carmona (Séville), Almería, Cordoue ou Chiclana de la Frontera (Cádiz), auquel peut s'appliquer le régime de l'assimilé à celui de l'ordination extérieure (Tu) “avoir les services minimaux” (approvisionnement et purification de l'eau, électricité et gestion des déchets), les sources pointent, qui insistent pour que le décret “ne veut pas dire café pour tout le monde”.

La déclaration AFO sera également émise dans les cas où aucune mesure n'a été prise auparavant, comme dans celui des colonies sur des terres non aménagées, comme annoncé par le Conseil fin mai, quand le Conseil des gouverneurs a convenu exhorter le ministère à “initier autant d'actions que nécessaire par rapport au problème des habitations irrégulières sur les terrains rustiques, Jusqu'à l'approbation de la nouvelle loi sur l'urbanisme et le foncier en Andalousie”.

Forfaits spéciaux, pas général

Le Conseil accuse les gouvernements précédents du PSOE de “regarde de l'autre côté” en la matière au cours de leurs mandats. La vérité est que le Parlement a approuvé en avril 2018 modifier pour la douzième fois le Loi andalouse d'urbanisme (LOUA), de quoi date 2002, mais maintenant, le gouvernement du PP et de Ciudadanos travaille sur une nouvelle loi pour “renforcer les compétences urbaines des communes dans l'approbation des actes d'urbanisme”, comme annoncé par le Conseil mai dernier.

A cet égard,, Le décret-loi abordera également la possibilité que la régularisation du logement passe par “plans spéciaux” au lieu de plans généraux “qui prennent trop de temps à traiter”, indiquer les sources.

Source: Eldiario