La Guardia Civil en Alerto 2003 le début de maisons illégales dans Cantoria et ancien maire regardé dans l'autre sens.

      Commentaires fermés sur La Guardia Civil en Alerto 2003 le début de maisons illégales dans Cantoria et l'ancien maire regardé dans l'autre sens.

José Manuel Ortiz, délégué territorial de l'Agriculture, Pêches et Environnement, a exprimé sa "surprise et d'indignation" au vu des déclarations et les actions du maire de Cantoria, concernant la démolition de deux maisons illégales, hier, dans cette municipalité. Le délégué du Conseil, dit comprendre et partager "la douleur et l'indignation des propriétaires de ces biens, qu'ils ont acquis de bonne foi ", critique l'attitude de ceux "à la fois par omission et par action, Ils ne ont rien fait pour l'empêcher est venu à cette, et maintenant, plutôt que de se excuser et expliquer, dans une tentative de confondre l'opinion publique et le gain politique, blâmer les autres ".

Le délégué du Conseil veille à ce que "plus de promoteur, principalement responsable de Il est venu à cette situation malheureuse était la ville de Cantoria, au lieu d'agir d'abord pour éviter certaines constructions illégales, quand il était encore temps, Il regarda de l'autre côté ". Et est-ce, rappelle José Manuel Ortiz, le Service de protection de la nature de la Garde civile et dénoncé 2003 devant la juridiction pénale d'un possible crime contre la planification pour le labour et le défrichement des terres forestières sans autorisation, plainte déposée par le ministère de l'Environnement promoteur amende, et l'obligation de restaurer le sol à son état précédent.

Dans 2004, avec des maisons toujours en cours, le Conseil a demandé au Conseil municipal d'ordonner la suspension des travaux, exercer ses pouvoirs et restauré la légalité, "Mais pas seulement suspendu les travaux et a exercé les pouvoirs qui vous êtes stock-, mais même une fois finalisé autorisé la fourniture d'électricité et de l'eau dans les foyers, faite par la Cour provinciale de Almería ordonné l'alors maire de Cantoria comme l'auteur d'un crime de ne pas poursuivre les crimes et autres faux ".

«Si la Ville avait agi dès le début vertu de la Loi", José Manuel Ortiz avertit, "Travaux ne aurait pas été achevé et aujourd'hui ne serait pas lamentait la démolition de ces maisons, demolición que de acuerdo con las resoluciones administrativas y una sentencia judicial firmes tendrían que haber asumido el promotor o, si, la Ville ". Cependant, selon le délégué, avis que ni le développeur ni le Consistoire se sont conformés à ces résolutions concordantes (judiciaire et administrative), andalou, filiales dans l'exercice des pouvoirs, de même filiale, démolition exécutés pour violation de ceux qui ont été obligés de le faire ".