La Mairie de Cuevas del Almanzora valeurs de sa réunion avec le ministère

Le maire Antonio Fernandez avec le porte-parole du PSOE au Diputación, Juan Antonio Lorenzo.
Le maire Antonio Fernandez avec le porte-parole du PSOE au Diputación, Juan Antonio Lorenzo.

Le maire de Cuevas del Almanzora, Antonio Fernández, Il a évalué sa rencontre vendredi avec le secrétaire du ministère de l'Infrastructure de développement, Manuel Niño, de mettre en place une solution pour le Nord à la réserve Mulberry tortue –'Testudo graeca'– à la suite de la trajectoire de la section de la ligne à grande vitesse Pulpí-Cuevas del Almanzora entre Almeria et Murcie, et il a indiqué qu'il y “bonne disposition” de sorte que la mise en page originale de la ligne et la possibilité d'exclure le nord est envisagé.

Cette réunion fait partie de “engagement” le ministère des Travaux publics “inférieur” autres temps de déplacement de la ligne de chemin de fer de Almeria à Madrid “éventuellement plus tard cette année” des changements dans temporaires Voyage des limites de vitesse.

Cette alternative proposée par le nord serait “moins d'hectares” Original traçage, mais “Ce serait la solution la plus viable pour ne pas avoir une incidence défavorable de nombreuses familles, la terre et les entreprises”.

En ce sens,, le maire a souligné la “préparation et de la volonté” Enfant dans un tilda de réunion “positif” changer l'emplacement de la ligne de chemin de fer, mais il a déclaré que cet amendement visait à inclure dans le Journal officiel (BOE) et à partir de Fomento il a été rejeté pour “accélérer” procédures.

Dans le cadre de ces actions, Fernandez a indiqué que cette semaine sera une réunion technique à Séville, attendu mercredi, pour répondre à tous le rapport technique de cette modification. Aussi, Il a noté que le mois prochain le secrétaire de l'infrastructure et les voisins se réuniront –à Almeria et Madrid– pour étudier l'état d'avancement des travaux.

Avant de rencontrer les personnes touchées et la municipalité de Cuevas del Almanzora, Il a rappelé que la réserve est “une obligation établie par l'Union européenne (UE) découlant de la déclaration d'impact environnemental” qui doit d'abord rencontrer le début de la construction de la grande vitesse pour cette section, dont ils avaient déjà été accordés il y a plus d'un an; et sinon “ils seraient en danger” fonds Feder alloués au projet.

Auteur: Rédaction